HCC : Une Haute Cour Anticonstitutionnelle, à la botte de Rajoelina

08/04/2021

NEPOTISME : Abus d'un dirigeant qui use de son autorité pour procurer des avantages aux gens de sa famille et de son entourage, ainsi qu'à ses proches, au détriment des processus de sélections règlementaires et du mérite. Le palais de la Haute Cour Constitutionnelle malgache à Ambohidahy est devenu celui du népotisme.

Les sénateurs avaient 17 candidats au choix, lors de l'élection de leurs 2 représentants pour composer la nouvelle HCC. Mais le résultat du vote montre clairement que les parlementaires ont reçu la même consigne venue d'en haut. Comme des pantins, ils ont voté pour 2 femmes qui ont reçu exactement 16 voix, sur les 17 exprimées, comme par magie.

Observez bien la liste : la consigne qui a été donnée, c'est de voter pour les 2 candidats, dont les prénoms sont écrits en premier ! A savoir Rojoniaina Ranaivoson Andriamaholy et Antonia Rakotoniaina. Les autres candidats n'ont obtenu aucun suffrage ou presque. En vérité, cette élection n'était qu'un simulacre comme celle de ces parlementaires inutiles !

Double mariage, entre l'exécutif et la HCC

Rojo Andriamaholy plébiscitée par les marionnettes d'Anosikely n'est autre que l'épouse de Dina Andriamaholy, secrétaire général adjoint à la Présidence. Le principe de la séparation des pouvoirs se retrouve ainsi sacrifié chaque nuit, sur le lit conjugal du couple Andriamaholy. La couleur orange de sa robe lors de son élection au Sénat en dit long sur le penchant du jugement que rendra Rojoniaina Andriamaholy à Ambohidahy.

Le deuxième mariage, au propre comme au figuré, entre l'exécutif et la HCC est incarné par Antonia et Yves Maurice Rakotoniaina. Madame est la deuxième personne parachutée par Iavoloha pour représenter le Sénat. Monsieur est directeur général du ministère du tourisme. Le couple est réputé proche, voire très proche du célèbre homme d'affaires Mamy Ravatomanga dont les liens avec Rajoelina ne sont plus à démontrer. 

Ces photos illustrent les liens amicaux entre Antonia Rakotoniaina et Haingo Ravatomanga. Ces dames semblent inséparables. Leurs maris ne sont sûrement pas moins liés quand on sait que le tourisme figure parmi les principales activités de l'illustre multimilliardaire.

Le réseau familial d'Antonia Rakotoniaina, s'étend jusqu'à la Haute Cour de Justice où siège sa soeur Eliana Blandine Randriamarolafy. Cette dernière est aussi la mère de Tsiry Randriamarolafy candidate à l'élection à la HCC alors que son mari Odilon Tatagera, est déjà membre suppléant de la HCJ. Elle a retiré au dernier moment sa candidature présentée à ses pairs du Conseil supérieur de la magistrature ou CSM.

Le palais du népotisme

Ce sont Bakoly Germaine Ratovonoelinjafy et Florent Rakotoarisoa que les magistrats du CSM, présidé par Rajoelina lui-même, ont élu pour les représenter à la HCC. La première a déjà été juge constitutionnelle entre le 7 janvier et le 26 avril 2002. Elle faisait partie de la "HCC Mantasoa" qui a insisté sur la tenue d'un 2e tour entre les candidats Ravalomanana et Ratsiraka. Cet épisode conforte sa proximité avec l'Amiral Rouge, donc de Rajoelina. Florent Rakotoarisoa, quant à lui n'est autre qu'un ancien Ministre de l'intérieur et ex-Ministre de la Justice sous Rajoelina durant la Transition. 

Bakoly Germaine Ratovonoelinjafy et Florent Rakotoarisoa étaient déjà membres de la HCC dans le passé. Ils signent aujourd'hui leur retour alors que, conformément à l'article 114 de la Constitution de la 4e République en vigueur, le mandat des juges constitutionnels n'est pas renouvelable. Le changement de République ne peut être un prétexte. Dans le cas contraire, un magistrat, élu ou désigné juge constitutionnel à chaque changement de Constitution pourrait alors occuper son poste à vie. Ce qui est contraire à l'esprit du législateur et à tout principe démocratique.

Le népotisme qui vient d'élire domicile au palais d'Ambohidahy, prend aussi tout son sens à l'Assemblée nationale à Tsimbazaza qui a élu ses 2 représentants à la HCC. Là aussi, le choix des députés s'est porté sur Noelson William, un ancien ministre de la fonction publique sous la Transition présidée par Rajoelina. L'autre nouveau juge constitutionnel n'est autre que Merlin Georges Nandrasana Rasolo, ex-Directeur de Cabinet du Premier ministre. Christian Ntsay est un vieux compagnon de route de Ravatomanga depuis la Secrèn. Autre élément de la Primature devenu juge constitutionnelle, Rondro Lucette Rahelimanantsoa, n'est autre que Secrétaire générale du Gouvernement. Elle a été désignée par Rajoelina avec Vololonirina Christiane Andriamarojaona et Ranaivo Mbalo Fidèle.

Tout droit vers la dictature

Ce Jeudi 8 avril, le Principe de la séparation des pouvoirs a donc été enterré à Madagascar, entre les murs de cette nouvelle Haute Cour totalement Anticonstitutionnelle. Rajoelina achève ainsi de peindre toutes les institutions de la République en orange. La Constitution en vigueur ne prévoit aucune mesure autorisant le népotisme, le favoritisme, la familiocratie et le cumul des pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires entre les mains du seul Président. Pourtant, Rajoelina a tout verrouillé, en vue de voler une nouvelle fois la victoire aux présidentielles de 2023. Ces pratiques anti-démocratiques auxquelles s'ajoutent l'instrumentalisation des forces armées, les arrestations et les emprisonnements arbitraires des lanceurs d'alerte et des manifestants ainsi que les multiples tentatives de museler l'opposition et la presse mènent tout droit vers la dictature. Madagascar est réellement en danger !